Premium
Imprimer
Commentaires
Nigeria

Passer de 30 000 à un million de tracteurs avec les Chinois de la Camaco

Publié le 10/01/2017 - 15:14
Le Nigeria dispose de moins de 30 000 tracteurs alors qu’il devrait en avoir au moins un million, dixit le ministre de l’Agriculture Chief Audu Ogbeh. Ici, disquage, à Ibadan, au sud-ouest du pays. Photo : Businessday

L’année 2017 sera l’année de l’agriculture au Nigeria ! Cela explique la mise en place d’un partenariat avec la China-Africa machinery corporation pour développer la mécanisation. Explications.

 

 

« Le Nigeria dispose de peu de tracteurs, moins de 30 000. Ce qui est très peu. Nous devrions avoir au moins un million de tracteurs. Cela explique le partenariat avec la China-Africa Machinery Corporation (Camaco). Un partenariat qui vise à rattraper notre retard dans l’acquisition de tracteurs et à améliorer notre mécanisation agricole pour une meilleure agriculture qui va attirer les jeunes vers la terre. » Ainsi s’exprimait le ministre nigérian de l’Agriculture et du Développement rural, Chief Audu Ogbeh, lors de l’inauguration des Comités pour la mise en œuvre du protocole d’accord entre le gouvernement fédéral du Nigeria, les autorités de certains États et le groupe Camaco sur le système de mécanisation agricole au Nigeria.

Les États concernés par ce protocole d’accord sont Zamfara, Adamawa, Jigawa, Ebonyi, Katsina, Niger, Taraba et Sokoto. Selon les termes de cet accord, la Camaco aidera le Nigeria à accroître son stock de tracteurs grâce à l’approvisionnement en machines et à l’octroi de crédit aux agriculteurs. Sur ce dernier point, les agriculteurs nigérians vont obtenir des prêts qu’ils rembourseront sur une période de sept à huit ans à un faible taux d’intérêt.

 

« Ils doivent durer 15 à 20 ans »

Compte tenu de l’importance de ce partenariat, trois comités permanents ont été inaugurés - gestion du projet, comité technique de mise en œuvre, groupe consultatif d’experts. Ils ont la responsabilité de superviser le suivi des projets, d’offrir des services consultatifs et de faire des rapports au gouvernement.

Le président nigérian et son homologue chinois lors de la signature du protocole d’accord. Photo : D. Aliyou.

Les membres de ces comités sont issus des ministères de l’Agriculture, des Finances, des Ressources hydrauliques, des Travaux publics et du Centre national de la mécanisation agricole ainsi que des États participants.

La Camaco est financée par le China African Development Fund (CADFund). C’est un partenariat stratégique développé entre la Chine et l’Afrique, dans le but d’encourager et de soutenir les entreprises chinoises à investir en Afrique.

Les tracteurs qui seront fournis aux agriculteurs seront assemblés au Nigeria. Raison pour laquelle le ministre de l’Agriculture a mis en garde la Camaco sur les conditions climatiques (voir encadré ci-contre).

La condition la plus importante concerne la durabilité des tracteurs. Le ministre Audu Ogbeh a demandé à la Camaco de « construire ces tracteurs en gardant à l’esprit qu’ils doivent durer 15 à 20 ans au moins. Nous n’avons pas d’argent pour renouveler ces machines tous les deux ans. Nous avons besoin de machines solides et très bien conçues pour faire face aux conditions climatiques et à la nature de notre sol. Nous avons également l’intention de maintenir les services après-vente ».  

En plus de l’exploitation en continue grâce à l’irrigation, le gouvernement nigérian estime qu’avec une mécanisation accrue, le pays le plus peuplé du continent peut atteindre la sécurité alimentaire.

 

Des tracteurs made in… Nigeria
En conclusion de sa rencontre avec la Camaco, le ministre nigérian de l’Agriculture Audu Ogbeh a informé le groupe chinois que deux ingénieurs nigérians ont récemment construit des mini-tracteurs pour les petits agriculteurs du pays. Le Nigeria a donc sollicité un appui technique de la Camaco pour améliorer les machines construites localement. Ceci afin de « promouvoir la mécanisation agricole locale et permettre aux petits agriculteurs de posséder des tracteurs ».

 

Chaleur et poussière : les deux ennemis des tracteurs nigérians

Chaleur et poussière : les deux ennemis des tracteurs nigérians © EcoView/Fotolia
Le ministère de l’Agriculture nigérian a demandé au constructeur chinois Camaco de tenir compte de deux éléments naturels dans la construction de leurs tracteurs :
• les conditions climatiques : dans certaines parties du pays, les températures peuvent aller jusqu’à 40 degrés. Raison pour laquelle le ministre Ogbeh a demandé à la Camaco de bien prévoir le système de refroidissement des moteurs des tracteurs qui seront assemblés au Nigeria ;
• aussi, certaines parties du nord du Nigeria sont très poussiéreuses. Conséquences : les filtres à air doivent être conçus pour s’adapter au climat des États concernés.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière